Protéines alimentaires et santé cardiométabolique : les nouveaux enjeux de la transition alimentaire

La population des pays industrialisés est frappée par les maladies de pléthores, dominées par les maladies cardiovasculaires et le diabète. La nouvelle transition nutritionnelle, poussée par les enjeux de la durabilité, implique une importante réorganisation des profils de consommation protéique de ces populations, faisant la part belle aux protéines végétales. Dans ce cadre, il faut maintenant examiner ce qui ne l’a que trop peu été : l’importance des sources protéiques sur la santé cardiométabolique.

Les acides aminés ont des effets pléiotropes complexes qui restent inexplorés. De nombreux travaux indiquent que des acides aminés ont des répercussions métaboliques et physiologiques sur des voies critiques (par ex. monoxyde d’azote, signalisation de l’insuline, fonctions vasculaires) et pourraient agir en synergie. Certains profils de consommation en acides aminés sont fortement et indépendamment associés à la mortalité cardiovasculaire (Tharrey Int J Epidemiol 2019 ; Mariotti Adv Nutr 2019).

Nous avons renseigné l’effet de la modulation de l’apport en un acide aminé (comme l’arginine) sur le risque cardiométabolique (Deveaux et al. J Nutr 2016a, b ; Mariotti Curr Opin 2019) ; l’effet de la modulation de la nature des protéines sur l’oxydation des acides gras et le stress métabolique postprandial (Mariotti et al. J Nutr 2015 ; Pujos-Guillot et al. J Nutr 2018). Nous développons des études pour apprécier les répercussions de mélanges protéiques végétaux sur le métabolome et la physiologie.

Ce champ de recherche alimente un changement de paradigme nutritionnel concernant les protéines, consistant à identifier les effets santé des protéines plutôt que de continuer à se concentrer sur leur rôle élémentaire historique (Katz et al. Adv Nutr 2019). Il s’agit d’un positionnement moderne pour décrire les caractéristiques des ingrédients/aliments protéiques et permettre de les valoriser, sur le long terme.

Deux types d’approches peuvent être considérées, dans des études d’intervention chez l’Homme : (1) une approche large, visant à identifier les voies métaboliques affectées par la consommation de certaines protéines et les marqueurs d’exposition aux profils d’acides aminés, par des approches essentiellement omiques (2) une approche plus spécifique, sous hypothèse de modulation de certaines voies métaboliques particulières, avec caractérisation fine de l’effet physiologique favorable.

Contact :
François Mariotti
Professeur, responsable de l’équipe PROSPECT
UMR INRAE-AgroParisTech, PNCA,
mariotti@agroparistech.fr